LC Sophrologie

Yoan Courceleau

Yoan Courceleau

Sophrologue

de père en fils et écrivain à mi-temps. Je vous écris des articles pour que vous soyez plus attentif à votre corps. Je vous montre comment être en bonne santé d'une autre manière.

Savez vous que rire améliore la santé ?

Vivez en harmonie avec votre corps

L’hypersensibilité peut être source d’inconfort chez l’enfant. Percevoir le monde

Mettre « bien-être » et « travail » dans le

quels sont les avantages d'une alimentation bio

De plus en plus de consommateurs se tournent vers le

En France, la bronchiolite frappe environ 30 % des bébés

Sous le joug du perpétuel métro-boulot-dodo, on ne se donne

L’acupuncture et l’homéopathie font partie des rares médecines alternatives prises

La femme enceinte fait partie des personnes sensibles à de

Être maman solo n’est pas toujours un rôle facile à

Chaque année, l’état de 150 000 à 200 000 malades

Le froid n’est pas le seul à toquer à nos

La société actuelle tend vers un présent où l’individu a

Réel mode de vie sain, beaucoup opte pour le jeûne

– sur 1h pour une initiation – sur 3h (1/2

– Le massage assis, c’est quoi ?   Le massage

La sophrologie / relaxation, c’est quoi ? La sophrologie est

“ En 30 séances: un corps tout neuf !”, c’est Joseph

Maman de 2 enfants, l’accompagnement du jeune public me tient

La venue d’un enfant est une période importante de la

Mon passé de gymnaste, mon cursus universitaire en STAPS et

Soins palliatifs: toutes les explications

Soins palliatifs: toutes les explications

Chaque année, l’état de 150 000 à 200 000 malades requiert des soins palliatifs en France. Ces traitements spéciaux permettent d’améliorer la qualité de vie des patients. Ils les aident à faire face à leur maladie sans pour autant les guérir. Mais en quoi consistent-ils réellement ? À qui s’adressent-ils et comment cela s’organise ? Explications.

Soins palliatifs : principe et définition

Les soins palliatifs constituent un amalgame de traitements actifs et continus pour des patients atteints de pathologies graves, évolutives ou en phase terminale. Ils prennent en charge le soulagement des symptômes et de la douleur. Ils n’ont pas de visée curative.
Ce type de traitement a plutôt pour objectif d’améliorer la qualité de vie du malade et de lui octroyer un soutien psychologique et à son entourage. Il peut être prodigué dans des centres hospitaliers auprès d’USP (Unités de Soins Palliatifs) ou d’EMSP (équipes mobiles de soins palliatifs), dans des établissements spécialisés (CHSLD ou centre d’hébergement et de soins de longue durée, maisons de retraite, etc.) ou à domicile.
Le lieu de tenue de la thérapie dépend de la gravité de la pathologie et des particularités du traitement. C’est aussi selon le vouloir du patient (suivant la loi Claeys-Leonetti du 02 février 2016 en France).

Concrètement, cette thérapie de confort offre multiples bénéfices « santé » dont le soulagement de la souffrance et de la douleur physique et l’apaisement de certains symptômes comme les nausées, les difficultés à respirer, l’anxiété. Elle aide notamment à appuyer psychologiquement et spirituellement le malade et ses proches et par ailleurs à réduire le nombre des hospitalisations et des traitements génériques superflus.
Il est à noter que ces soins ne sont pas dédiés exclusivement à des situations de fin de vie. On peut être sous soins palliatifs pendant des moins, des années même.

Des soins de confort : pour qui ?

Ces thérapies actives sont taillées pour les personnes souffrant de maladie grave, chronique, évolutive voire incurable, qu’elles soient en fin de vie ou non.

Il peut s’agir d’un nouveau-né, d’un enfant ou d’un adulte. Ces soins s’administrent soit à un stade précoce d’une maladie évolutive, à un stade avancé où le diagnostic vital est menacé, et en phase terminale.
A l’origine, ces traitements étaient réservés aux patients cancéreux. Aujourd’hui, ils peuvent être procurés aux malades souffrant de pathologies respiratoires et circulatoires chroniques mortelles.Ils s’administrent également à ceux qui ont des problèmes neurologiques sérieux ( ex:la démence).D’autres cas peuvent induire à des soins palliatifs parmi lequels des blessures irréversibles suite à un accident grave ou encore de pathologies graves en rapport ou non à une insuffisance fonctionnelle(insuffisances rénales, SIDA, insuffisances cardiaques, etc.

Soins palliatifs : en pratique

Ces thérapies sont normalement assurées par des équipes de santé composées de membres pluridisciplinaires.Ils sont alloués par les médecins (oncologue, généraliste, cardiologue, psychologue, etc.), infirmiers, aides-soignants, spécialistes (massothérapeutes, orthophonistes, etc.), assistants sociaux, et bénévoles. En pratique, elles demandent le recours à différents types de médications et d’interventions de soutien dont le but est de soulager la douleur (morphine) et divers symptômes (laxatifs, corticoïdes, antiémétiques, etc.). La chimiothérapie palliative vise à allonger la durée de vie du patient en améliorant sa qualité de vie. Les soins leur offrent par ailleurs un soutien psychologique.

Les moyens généralement utilisés sont l’attribution de médicaments pour apaiser stress, anxiété et tristesse (neuroleptiques).
En sont inclus d’autres moyens tels que les sessions de kinésithérapie, de massage, d’hypnose, de réflexothérapie, d’orthophonie, de musicothérapie, balnéothérapie, etc ainsi que les médicaments sédatifs dans le cas de besoin (en cas d’hémorragie, d’agitation, de difficultés respiratoires, etc.)

Fermer le menu