Les bienfaits du jeûne intermittent sur la santé

Les bienfaits du jeûne intermittent sur la santé

Réel mode de vie sain, beaucoup opte pour le jeûne intermittent pour mincir rapidement tout en maintenant une bonne santé. En effet, de par ses bienfaits, il est même devenu un des meilleurs « secret minceur » du moment. L’engouement pour cette tendance alimentaire est sans précédent. Toutefois, par quoi s’explique cela ? Les réponses dans son concept, ses avantages et sa mise en pratique.

Le jeûne intermittent : c’est quoi ?

Le principe

Le jeûne intermittent, dit aussi fasting, constitue à la fois une tendance diététique et un mode de vie sain. Il a pour principe l’alternation de périodes d’abstinences alimentaires plus ou moins longues et de périodes de prise alimentaire. Par rapport à un régime de jeûne strict, il est plus facile à suivre. Or tous deux présentent peu ou prou les mêmes bénéfices pour la santé. Ce type de jeûne se pratique de diverses manières : en jeûne partiel, en fasting, ou en méthode 5:2.

Les bons côtés

Le jeûne intermittent n’est pas populaire pour rien. Il offre légion de bienfaits pour la santé. Grosso modo, il permet de :
• restreindre la production d’insuline dans le corps
• diminuer l’accumulation de graisses et de sucre dans l’organisme
• mieux maîtriser les sensations alimentaires
• stimuler la sécrétion d’hormone de croissance
• nettoyer l’organisme
• améliorer la santé des cellules : oxydation, prévention de leur vieillissement prématuré, régénération
• optimiser les performances physiques et intellectuelles
• diminuer les risques d’obésité et les pathologies qui en résultent (diabète, maladies cardiovasculaires, etc.)
• réguler la glycémie
• résister au stress oxydatif
• baisser les risques d’inflammation
• lutter contre le cancer par ralentissement de la croissance des tumeurs
• améliorer le résultat d’une intervention chirurgicale, surtout gastrique

Le jeûne intermittent en pratique

Ce qu’il faut faire

Il existe multiples formes de jeûnes intermittents : fasting, 5:2, et jeûne partiel. Le choix de la méthode à appliquer dépend de la personne, de ses besoins et de ses capacités d’adaptation. A noter qu’au début, la personne doit faire face à la sensation de faim et d’irritabilité. Cependant, cela passe après 2 à 4 semaines de diète régulière.
La méthode fasting est la plus courante. Elle consiste à alterner 16 heures de jeûne et 8 heures d’alimentation. En général, la période d’abstinence est comprise entre 20h et midi. Toutefois, chacun est libre d’en fixer l’horaire tant que cela respecte les délais jeûne-alimentation. Généralement, un menu fasting est pauvre en glucides. Cela permet un meilleur contrôle du poids et de la glycémie.

Ce qu’il faut éviter

Il faut faire attention à certains points quand on veut s’adonner au jeûne intermittent. C’est d’autant valable lorsqu’on le pratique dans le cadre d’un régime amincissant.

Il faut scrupuleusement suivre les directives de la méthode choisie. Sinon, on s’expose à divers effets négatifs comme la fatigue, des compulsions alimentaires, des fringales, des frustrations de toutes sortes, etc.
Avant de se lancer dans l’aventure fasting, il est conseillé de demander préalablement conseil à un médecin ou un professionnel de la nutrition. Aussi, voici quelques erreurs à éviter :
• boire de l’eau en quantité insuffisante : boire au moins 2L d’eau par jour tout au long de la journée afin de supporter les périodes de privation alimentaire
• manger double pendant la prise alimentaire : privilégier les repas légers à base de végétaux, de protéines maigres, de céréales complètes et d’acides gras essentiels
• se précipiter : au tout début, adapter le corps au jeûne en repoussant petit à petit les heures des repas.

Trouver d’autres avantages du jeûne intermittent en visitant le site https://www.santemagazine.fr › Minceur › Régimes minceur

.